De la queue jusqu’à la pointe des oreilles…

Au Canada français, rares étaient les familles où on consommait les abats. Leur passion pour les parties nobles des animaux de boucherie était tel que, jusqu’en 1950 au moins, les bouchers réservaient cervelle, ris et autres abats de qualité aux chats de leurs clients. Jusqu’au foie qui ne trouvait pas toujours preneur. La grande exception à ce qui précède concerne le porc que, comme en Occident depuis toujours, on consommait de la queue à la pointe des oreilles.

Agneau des Venne

Laurentides
Plats cuisinés, sauces et fonds, Viande, volaille et charcuterie

Au Parfum de la nature

Lanaudière
Confitures et autres produits à base de fruits, Huiles, vinaigres et vinaigrettes, Produits d'érable et miel, Viande, volaille et charcuterie

Bergeries du Fjord (Les)

Saguenay-Lac-St-Jean
Fromages, autres produits laitiers et oeufs, Viande, volaille et charcuterie